Archive | Les vers et l’envers

02 août 2017 ~ 0 Commentaire

Belle comme la mort

L’amour, ah l’amour, le mal de notre espèce … Que peut-on imaginer de pire que le souvenir de celle que l’on a aimé, à jamais devant nos yeux, perdu dans la solitude et l’attente … Beauté d’ébène, Altière et roide, Regard pur, droit vers l’horizon. Tu te tiens là, debout Face au temps. Terriblement solitaire. […]

Lire la suite

19 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

Mille milliards de mille sabords !

Bonjour, bonsoir. Le courage et la patience n’ont jamais été aussi méritant pour affronter ce combat épique et terriblement épuisant tant le temps s’étire sur la longueur … Espérons que pareille épreuve ne pourra que renforcer notre détermination de tous les instants à combattre le fléau que représente les monstres de son espèce. Bien entendu, […]

Lire la suite

08 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

Imaginaire

Un poème que j’ai voulu plus inquiétant, d’une certaine façon et plus dur que d’autres que j’ai pu écrire. Car espérer pour être déçu(e) est le plus cruel des abandons. Il n’existe sur cette Terre Aucun endroit  Où tu aurais pu m’échapper. Et si j’en connais la nature, J’avoue ne pas comprendre, Pourquoi, mon amour, […]

Lire la suite

29 juin 2017 ~ 1 Commentaire

La reine

Hasard des astres, hagard. Te voilà sortit du brouillard. Le bout du tunnel, enfin ! Il était temps de retrouver Le long, si long chemin De la victoire et de la liberté. Tu ne peux t’empêcher de sourire, Sous cape, bon gré mal gré. Et sans coup férir, tu soutiens Le regard inquisiteur De ton […]

Lire la suite

21 juin 2017 ~ 0 Commentaire

Au mois de juin

C’est bientôt terminé, c’est le mois de la fin. C’est presque les vacances, et la détente, enfin Tous se disent qu’ils les ont vraiment bien méritées On les a tellement attendu. Repos et Farniente sont au programme. Ah, et pourquoi pas Du canoë ? Et puis surtout n’oublions pas ! Rockyssimôme, bataille d’eau, musique, nous voilà ! […]

Lire la suite

18 juin 2017 ~ 0 Commentaire

Titre inconnu

Lointain les cris Lointaines les ombres. Solitude tant appelée, Tu me pèse. Ne puis-je espérer Le salut ? Sans Grand fracas, juste La paix du dernier Homme debout. Je Suis soldat, debout. Le poing levé. Et je crie. Autour De moi les corps. Les morts. © Chlo Plume

Lire la suite