Archive | Les vers et l’envers

12 avril 2017 ~ 1 Commentaire

La meurtrissure

C’est en regardant un reportage à propos de la Grande Guerre que ces mots me sont venus. À tous ceux que l’on a sacrifié sur le champ de bataille. Pleurent les âmes, crient les cœurs Meurtris. Vive est la perte, dur est le mal. Meurtris sont les esprits, Par tant de violence écœurés Sont les […]

Lire la suite

25 janvier 2017 ~ 3 Commentaires

L’enfant du rêve

Enfant heureuse Enfant rêveuse. Et dans la folie de l’âge Naissent les rêves sans ambages, Et des ambitions, cueillies À la lueur de l’envie. L’enfant veut et désire, Elle soupire. Enfant rêveuse, Enfant joueuse. Et toujours le rêve Qui se poursuit sans trêve. Cours, cours encore ! Et si tu vois l’aurore, Salue là d’une […]

Lire la suite

15 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

Tombent les masques …

Masque tombé, masque blessé, Chantent les chœurs, chantent les voix. Masque blessé, masque brisé. Et le sourire, à jamais, s’effacera. Pauvre enfant ! Masque brisé et âme divisée, Oh toi, pauvre corps errant, Cesse de te dissimuler, Pauvre enfant ! Masque de porcelaine, Tombé, brisé, Chantent la rengaine. Masque tombé et cœur brisé. Pauvre enfant. […]

Lire la suite

21 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

L’enfant

Enfant heureuse, Enfant rêveuse. Et dans la folie de l’âge Naissent les rêves sans ambages Et les ambitions cueillies À la fleur de l’envie. L’enfant veut et désire, Elle soupire. Enfant rêveuse, Enfant joueuse. Et toujours le rêve Qui se poursuit sans trêves. Cours, cours, cours encore ! Et si tu vois l’aurore, Salue-la d’une […]

Lire la suite

16 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

Rêve donc !

Article initialement publié le 17 janvier 2016. Tu es parti depuis deux ans déjà mon vieil ami. Tu as choisit et je te promet une formidable gifle pour toutes ces larmes.   La douleur infinie de celui qui reste, Comme un pâle reflet de l’infini voyage Qui attend celui qui part. Pierre Bottero.   Libres les enfants […]

Lire la suite

06 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

Lente course

L’ennui borde les yeux, Ton visage fardé du voile de l’indifférence  Ne dissimulant guère ton bâillement. Tu observes l’aiguille, regrettant Que le temps figé t’emprisonne. Tu passes sur tes lèvres le pinceau D’une moue réprobatrice Une grimace que tu réprimes bien vite. Mais tes yeux, tes yeux crient. C’est à mille lieux que tu voudrais […]

Lire la suite