31 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

Les enquêtes d’Enola Holmes T3 : Le mystère des pavots blancs – Nancy Springer

le_mystere_des_pavots_blancsRien d’étonnant, je m’en avisai, si Sherlock avait cessé de venir ici ! Apparemment, la boutique était passé du mari à l’épouse. Or, comme me l’avait fait remarquer un jour cette brave Mrs Lane, notre cuisinière et bonne à tout faire au manoir, ni l’un ni l’autre de mes frères n’avait jamais supporter l’idée qu’une femme eut du caractère …

Publication (ci-contre) en 2008, éd. Nathan.
Nombre de pages : 199.
Genre : roman jeunesse, série, policier
Thèmes abordés : famille, place des femmes, Londres du XIXème siècle, enquête, détective, fugue, indépendance, langage des fleurs

Résumé : Se choisir un nom n’est pas chose facile. D’autant que mon prénom, Enola, qui à l’envers se lit : alone – en anglais : seule – me va comme un gant. Je me vois pourtant condamnée aux pseudonymes, seul moyen d’échapper à mes frères aînés, Mycroft et Sherlock Holmes, qui se sont mis en tête de m’expédier en pension pour faire de moi une lady. Peine perdue ! J’ai maintes fois réussi à tromper leur vigilance, allant même jusqu’à résoudre des enquêtes qui laissaient perplexe mon détective de frère. Or, en ce frais matin de mars 1889, dans l’East End de Londres, alors que je m’inventais encore une nouvelle identité, mon attention fut capté par un titre du Daily Telegraph : MYSTÉRIEUSE DISPARITION DE L’ASSOCIÉ DE MR SHERLOCK HOLMES – LE DOCTEUR WATSON INTROUVABLE ! Deux personnes déjà cherchaient à savoir où se trouvait le Dr Watson : sa femme, il va de soi ; et son meilleur ami, mon frère Sherlock. On pouvait désormais en ajouter une troisième : moi.

••••••••••••••••••••••••••

L’auteure : Né en juillet 1948, Nancy Springer est une spécialiste du détournement des personnages de la littérature, connue pour l’écriture d’Enola Holmes, petite sœur du plus célèbre détective au monde (dont je suis une grande fan mais ça, vous le savez déjà  !) mais aussi de Rowan Hood, la fille de Robin Hood, le célèbre bandit au grand coeur. Elle est également professeure de littérature à l’université de York et de Pennsylvanie.

••••••••••••••••••••••••••

Mon avis : Ce roman est le troisième tome de la série Enola Holmes. C’est aussi le seul que j’ai réussi à retrouver parmi ma bibliothèque (les autres devant se prélasser dans des bibliothèques amies mais néanmoins indélicates de ne pas se rappeler à mon bon souvenir …). C’est aussi, de ceux que j’ai lu, celui que j’ai le plus apprécié. Il se lit bien, l’écriture est simple et fluide, non dénuée d’humour.
Enola est un personnage vraiment intéressant : Nancy Springer a reprit le meilleur des frères Holmes – intelligence, connaissance de la société anglaise victorienne. Mais la petite soeur est, au contraire de ses frères, très émotionnelle, elle comprend ce que ses frères estiment frivoles, voir une perte de temps. Elle est un être plus libre aussi, qui reprend les codes sociaux de son époque extrêmement rigide avec tellement de distance qu’on perçoit tout de suite l’ironie qui s’y dissimule.
Le talent de Nancy Springer, outre ses personnages féminins très fort, est de dessiner des intrigues qui ne se dénouent pas facilement, complexes ; pourtant, elles semblent évidentes une fois dénouées.
Ce sont de bons romans, qui campent des personnages intéressants et intelligents. J’aime le côté indépendant qui tranche avec la société victorienne contre laquelle l’héroïne se débat.

Laisser un commentaire