22 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

Éternité

Il y a ces tombes. Ils étaient mes amis.
Avant que le temps assassin ne les fauche,
Sans que je ne puisse leur dire au revoir.
Je les regarde vivre, aimer et vieillir.
Je suis un étranger.
Je ne fais que passer.
Il y a ces souvenirs. Ils sont à moi.
Des rires et des larmes, des vies passées.
Ils sont vous, mes amis, tout ce qu’il reste
De ceux que j’ai tant aimé, tant pleuré.
Je les ai vu vieillir et changer, s’assagir.
Devenir conteur et radoteur.
Tricoteuse aux rides si belles.
On dit des plus sages anciens
Qu’il suffit de compter les rides sur leur visage
Pour connaître leur âge.
Il y a ce temps qui s’écoule partout.
Sauf pour moi.
Je suis un étranger.
En dehors du temps car trop de vies
M’attendent encore devant moi.
Une éternité pour pleurer,
Une éternité pour rire.
Une éternité pour avancer,
Une éternité pour courir.
Sans jamais regarder derrière.

© Chlo Plume

Laisser un commentaire