01 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

Les Âmes Croisées – Pierre Bottero

les_ames_croisees
Note de l’éditeur : Pierre nous a quitté le 8 novembre 2009. Le texte
Les Âmes Croisés accompagné d’une nouvelle biographie avaient été finalisés avec lui avant son décès. Il avait également vu et été enthousiasmé par la couverture de Gilles Francescano. Il ne restait plus qu’à publier le livre et le partager avec ses lecteurs. C’est chose faite.

Publié en 2010, chez Rageot Edition. 
Couverture de Gilles Francescano.
Genre : fantasy, fantastique
Thèmes abordés : passage à l’âge adulte, classe social, poésie 

Le résumé : « Qui veux-tu être, Nawel ? Qui veux-tu vraiment être ? »

Elle le savait désormais.

- Je me nomme Nawel Heliantas …

Un voeu, un simple choix possédait-il le pouvoir d’orienter une existence entière ?

- Je sollicite le droit et l’honneur de revêtir …

Un mot, un unique mot pouvait-il devenir une clef ?

••••••••••••••••••••••••••••••••

L’auteur : Pierre Bottero est né en février 1964, à Barcelonette puis est venu s’installer en Provence, région qu’il n’a plus quitté. Instituteur, il s’est par la suite consacré à l’écriture, sans oublier son rôle de mari et de père de famille. Il a commencé à publier chez Flammarion avant de publier chez Rageot Edition les trilogies d’Ewilan, puis Le Pacte des Marchombres et L’Autre. De nombreux prix, comme le prix Ados Rennes/Ille-et-Vilaine 2008 pour le premier tome de L’autre, le souffle de la hyène. Il est décédé à l’âge de 45 ans, le 8 novembre 2009, en perdant le contrôle de sa moto dans un virage.

••••••••••••••••••••••••••••••••

Mon avis : Je vais être honnête. On a tous un auteur, particulièrement cher, attaché à une période heureuse, un auteur que l’on relit régulièrement parce que cet auteur est une source d’inspiration. Pierre Bottero, comme beaucoup, avait Tolkien. Moi, j’avais Pierre Bottero. Il m’a donné envie d’écrire, plus encore, il m’a fait comprendre que l’imagination, avec ou sans majuscules, était un monde merveilleux qui n’obéissait à aucune règle et qu’il suffisait simplement de s’y plonger. 

Nawel Heliantas, arrogante, égoïste, une volonté en acier trempé. Elle vit à AnkNor, une cité parmi les douze dans lesquelles vivent les Jurilans. Les Jurilans sont séparés en deux castes : les Cendres, les plus pauvres, les travailleurs, et les Perles, caste dirigeante, privilégié. Les Perles sont divisées en plusieurs … Factions, appelé Robe. Gouvernants, Mages, Historiens, Géographes, Prêtres, Guérisseurs, Scribes, Magistrats, Ingénieurs et Armures. La dernière est la plus mystérieuse : ils protègent les Jurilans, redoutables combattants, ils ont peu de membres bien qu’on en ignore le nombre exact et se tiennent à l’écart des autres Robes. Nawel est issue d’une famille très influente de Robe Mage. Sûre de son rang, elle se montre froide et cassante, parfois même envers ses amis, Philla Cariantan et Ergaïl Onchêne. On l’aime pour son intelligence, sa volonté de fer et on la déteste pour sa froideur et son côté cassant, on l’aime pour sa fragilité, on la déteste pour son indifférence … Ergaïl, tout aussi sûr de son rang, à la fois tendre et joueur, Philla, douce et attentionnée … Des adolescents, dans un monde d’adulte.

Difficile aussi de ne pas s’attacher à l’écriture de l’auteur, si forte et pourtant poétique … L’auteur a ce petit truc qui rend ses livres plus passionnant. J’enjoins ceux qui lisent cet article à le lire car il m’est difficile d’en dire plus, de trouver les mots.

L’intrigue … Pour les amateurs de l’univers de Bottero, surtout de Gwendalavir, on retrouve des éléments. L’Arche, Al-Chen, les plaines d’Astariul sont reconnaissables pour qui les connait bien. Les références, présente vers la fin du livre, à l’Autre, avec les Bâtisseurs, etc, sont aussi reconnaissables, amené avec subtilité. Ce livre, Les Âmes Croisées, se voulait un pont entre les trois, non quatre trilogies, une façon de les mettre en relation. Un futur où tous ont disparu, mystérieusement, où la légende d’Ewilan Gil’Sayan s’est éteinte depuis longtemps mais où les œuvres des dessinateurs demeurent … Impossible donc de comprendre ce roman sans avoir lu les précédents si l’on veut comprendre les références, bien que l’intrigue dépendent plus de l’Autre que des trilogies de Gwendalavir.

Comme je l’ai dit, Pierre Bottero est une source d’inspiration pour moi, difficile donc de vous en parler en mal … Auteur prolifique, il n’a pas écrit uniquement de l’heroic-fantasy mais aussi du fantastique (A comme Association avec Erik L’Homme) ou du réaliste (Le garçon qui voulait courir vite). Une carrière en pleine essor interrompu par un stupide accident de moto …

Laisser un commentaire