02 août 2017 ~ 0 Commentaire

Belle comme la mort

L’amour, ah l’amour, le mal de notre espèce … Que peut-on imaginer de pire que le souvenir de celle que l’on a aimé, à jamais devant nos yeux, perdu dans la solitude et l’attente …

Beauté d’ébène,
Altière et roide,
Regard pur, droit vers l’horizon.
Tu te tiens là, debout
Face au temps.
Terriblement solitaire.

Oh beauté d’ébène à l’allure royale,
Que ne t’ai-je aimé
Tant que tu fus femme
De chair et de sang.
Mais il ne me reste que mes souvenirs
Altérés ; et qui me déchire le cœur.

Oh, éternelle beauté d’ébène,
Figée, à jamais gravée
En mon âme et ma chair.
Tu te tiens, pâle reflet
Et j’aimerais tant ..

J’aimerais tant
Revoir une dernière fois
Ton sourire enjôleur
Avant le dernier baiser qu’un homme
Put espérer …

© Chlo Plume, 14 juin 2017.

Laisser un commentaire