16 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Méfiez-vous du chat qui dort – Roger Coupanec

Mise en page 1


« Quand le chat tapi dans l’ombre décide de bondir, sa proie n’a aucune chance ! »

Publication originale en 2013.
Publié aux Éditions d’Orbestier, collection Carbone.
Genre : polar
Thèmes abordés : humour, amour, mort, retraite

Le résumé : Alfred Jégado laisse derrière lui un bel héritage et la splendide villa guérandaise des Pierres Blanches. Yollande Belloir, fille de son grand ami, est désignée comme unique légataire à la seule condition qu’elle fasse des Pierres Blanches une agréable résidence qui accueillera des personnes âgées qu’il a lui-même préalablement choisies.

Des retraités soixante-huitards vont donc s’y côtoyer et y refaire le monde. Avec la bénédiction de la propriétaire, ils vont envoyer promener les interdits en réglant quelques comptes sous la signature d’un chat facétieux. 
La population s’amuse des exploits de cet anarchiste moustachu jusqu’au jour où le chat commence à avoir du sang sur les griffes … Qui a dérapé ?
Jo Morel, journaliste de la Vigie, va mener l’enquête et resserrer son étau autour du mystérieux Chat sanguinaire …

••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Roger Coupannec est un retraité de l’Education Nationale, profitant de son temps libre pour dessiner Jo Morel, journaliste, têtu, fouineur, sagace. Vivant au Pouliguen entre mer et marais salants, Roger Coupannec signe là la quatrième enquête de son journaliste breton, toujours aux Editions d’Orbestier, collection Carbone. 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Mon avis : Entre humour décapant et enquête policière rondement mené, entre une écriture sobre et pourtant acérée et une intrigue efficace, la question qui se pose est donc … Pourquoi est-ce aussi court ?
Reprenons. J’ai eu la chance et le plaisir de rencontrer Roger Coupannec, en tournée pour ses romans, en tout début d’année 2016. Après une discussion à bâtons rompus de plus d’une heure, je repars avec un exemplaire dédicacé (et c’est la classe). Les joies de la vie étudiante et d’une Tour de Pise littéraire à dévorer en une semaine, chrono en main, m’ont fait oublier l’espace de quelques semaines ce roman, pourtant en évidence sur ma table de nuit. Un soir où le sommeil a décidé d’aller voir ailleurs, je reprend cet ouvrage et m’y plonge. Mon réveil sonne, c’est déjà le matin ? Plongée dans le roman, je n’ai pas vu le temps passer. 
Mon avis donc ? Génial. Un humour décapant mêlé à une enquête policière comme je les aime forment un cocktail explosif. Une enquête posée et pourtant captivante, à l’instar d’un détective belge de mon coeur, un certain Hercule Poirot … Une touche british, notre limier breton ? 

 

Littérairement votre. Chlo Plume.

Laisser un commentaire