30 avril 2017 ~ 1 Commentaire

Amant nocturne

Tu te glisses tout en silence
Sous les draps qui jamais
À ton passage ne frémissent.
Tu te repais de ce corps nu
Qui est mien.
Nuit après nuit, tu reviens.

Triste amant que celui
Qui se dissimule.
Pourquoi donc ne pas montrer
Ton visage ? Aurais-tu honte ?
Je sais pourtant que c’est toi.
Car tu as laissé sur moi
Ta marque si reconnaissable.
Je te hais de venir ainsi

Dans le noir, tu profites
De mon profond sommeil
Pour te satisfaire de moi.
Tu agis comme le ferait

Un prédateur affamé.
Je te hais.
Sois maudit.
Je te tuerais.
Saloperie de moustique !

 

© Chlo Plume

Une réponse à “Amant nocturne”

  1. Constance Dufort 4 mai 2017 à 20 h 35 min

    Jolie chute! Merci pour le sourire complice qu’il a provoqué, je crois qu’on peut tous s’identifier.

    Dernière publication sur Constance Dufort : La couverture "Les chemins d'Hermès", première esquisse.


Laisser un commentaire