23 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Rupture de contrat – Harlan Coben

rupture_de_contrat« Au sein de la Mafia, les règles n’ont que deux buts : contourner impunément la loi et préserver les apparences. L’éthique est à un mafieux ce que l’honnêteté est à un politicien. »

Publication originale en 1995.
Publication française en 2002, édition Fleuve Noir, collection Univers Poche.
Genre : roman, thriller, polar
Thèmes abordés : mort, viol, violence

ALERTE : cet article contient quelques spoilers.  

Le résumé : Sale temps pour l’agent sportif Myron Bolitar. Ex-champion de basket, ex-agent du FBI, il est pourtant habitué aux coups durs. Sauf que là, c’est vraiment tordu : son poulain, le prometteur Christian Steele, est sous le choc. Il vient de recevoir par la poste une revue porno dans laquelle son ancienne petite amie Kathy pose langoureusement dans le plus simple appareil. Problème : Kathy, mystérieusement disparu depuis des mois, est aujourd’hui considérée comme morte. Plus étrange encore, elle n’est autre que la sœur de la romancière Jessica Culver, grand amour de Myron. En pleine négociation de contrat, l’agent sportif croit d’abord à une technique d’intimidation de la part de ses concurrents. 

Mais la réalité se révèle autrement plus sordide …

••••••••••••••••••••••••••••

L’auteur : il naît en juillet 1962, obtient un diplôme en science politique. Il se consacre à l’écriture à partir de 1995, encensé par la critique. Premier auteur à avoir reçu le Edgar Award, le Shamus Award et le Anthony Award (trois grands prix de la littérature à suspens), il marque aussi le grand écran avec l’adaptation de son roman Ne le dis à personne en 2006, par Guillaume Canet. Il est question d’une nouvelle adaptation de Six ans déjà, avec Hugh Jackman dans le rôle titre.

••••••••••••••••••••••••••••

Mon avis : C’est un roman qui se laisse lire mais c’est loin d’être le meilleur de Coben.

Les personnages sont relativement bien travaillé mais sans grande recherche. Myron, plein de sarcasme, Win, le dandy blasé, Jessica, la soeur inquiète, Esperanza, la secrétaire attentionnée et pourtant si discrète … Et en même temps, je suis restée sur ma faim. Car on a l’impression que l’auteur n’a pas poussé jusqu’au bout, comme un manque. Quelques scènes sont intéressantes, comme la séance de méditation de Win, ou lorsqu’Esperanza retrouve une de ses anciennes connaissances du monde de la lutte. C’est l’occasion d’en apprendre plus elle, comme on en apprend plus Myron lors de ses échanges avec Jessica. Mais en dehors de ces instants très fort, la narration demeure assez plate du point de des personnages …

L’intrigue est … Tordue. En fait, on découvre au fur et à mesure des découvertes de Myron. Toutefois, les découvertes de Myron sont disséminées ça et là, parfois de façon tellement subtile qu’il est difficile de les repérer. C’est efficace et bien tournée, elle mène le lecteur jusqu’au bout sans s’essouffler, ce qui est tout de même important pour un thriller. Outre le côté policier, on a aussi le côté monde du sport. Car le personnage principal, dont on adopte le point de vue tout au long du récit, est aussi un agent sportif. Lorsque j’ai commencé ce roman, j’avais la crainte de voir le sport devenir omniprésent mais ce n’est pas le cas. Oh, il est présent, par exemple lorsque Myron suit les ennuis de son poulain Christian avec son équipe ou quand il essaie d’aider un autre de ses poulains, Chaz, sans réellement y parvenir d’ailleurs. Mais il est plus épisodique qu’omniprésent, la part belle étant laissé à l’intrigue policière.

On a une écriture agréable, relativement bien travaillée et fluide. Bien qu’elle manque d’originalité … En outre, l’humour dont fait preuve Myron Bolitar, le personnage principal, ne transparaît pas dans le récit pur, aussi éprouve-t-on parfois un sentiment de décalage face à une écriture sobre et grave et des propos emplis de sarcasmes. Pour autant, cela n’enlève rien au plaisir de la lecture.

Pour conclure, je dirais que ce livre est un livre agréable, que l’on peut emporter pour la plage ou le trajet en train. Il est court, efficace, se laisse lire. Il ne s’agit cependant pas du meilleur roman d’Harlan Coben.

J’achèverai cet article en ajoutant que Rupture de Contrat est le premier tome d’une série, rassemblant les enquêtes de Myron Bolitar, au nombre de six actuellement, me semble-t-il. Plus d’informations sur le site de l’auteur.

Laisser un commentaire