01 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Les Ailes d’Alexanne : 4h44 – Anne Robillard

Les_ailes_alexanne_T1
Tout de suite après avoir raccroché, Alexanne avait dévalé l’escalier pour annoncer à Tatianna que Matthieu avait accepté son invitation.
- Pourquoi l’aurait-il refusée ? s’étonna sa tante. Tu es une belle jeune fille et tu n’as pas de petit copain. A moins que tu aies promis ton coeur à Louis-Daniel ? 
- Louis-Daniel ! Ciel, non ! Je l’ai laissé à Marlène ! 
- Vous vous échangez les garçons maintenant ? 
- Parfois …

Publication originale en 2011.
Éd. Michel Lafon.
Genre : roman, fantasy
Thèmes abordés : anges, fantastique, amour, paranormal, héritage, ésotérisme

Résumé : À la mort de ses parents, Alexanne Kalinovsky est confiée à sa tante Tatiana dont elle ignorait jusqu’à présent l’existence. Rapidement, la jeune fille constate que cette dame n’est pas une personne ordinaire. Elle vit seule dans un immense manoir aux multiples chambres parfumées à l’encens …
Alors qu’elle a du mal à s’habituer à ce nouvel environnement, Alexanne découvre peu à peu l’histoire de ses origines et ses dons particuliers, levant le voile sur l’héritage étrange dont sa famille l’avait tenue éloignée. Mais des événements imprévus viennent compromettre sa quête spirituelle. Car les bonnes fées ne sont pas toujours celles qu’on croit …

•••••••••••••••••••••••••••

L’auteure : née en 1955, l’auteure québécoise a travaillé comme secrétaire juridique pendant plusieurs années avant d’être traductrice pigiste. Surfant sur la vague de popularité de la saga Harry Potter, elle publia Les Chevaliers d’Émeraude en octobre 2002. Le succès de la saga de douze tomes lui permit d’éditer de nombreuses autres sagas : A.N.G.E., Les Cordes de Cristal, etc. Retrouvez Anne Robillard sur son site ici (site disponible en français et en anglais).

•••••••••••••••••••••••••••

Mon avis : à l’instar des Chevaliers d’Émeraude, Les Ailes d’Alexanne est une saga dont je n’ai lu que le premier tome. C’est donc celui-ci que je commenterai.
J’ai détesté. Il est rare que je dise ça mais … je me suis ennuyé à la lecture. Le roman est creux, lisse et peu travaillé. Je peux faire les mêmes reproches au premier tome des Chevaliers d’Émeraude. Un manque de profondeur et une dimension psychologique totalement absente que je trouve dommage dans une saga destiné à la jeunesse.
Les personnages fades ne sont pas le seul problème : l’intrigue est prévisible, lisse, sans intérêt.
Je suis sans doute difficile (je devrais utiliser le passé car j’ai lu ce premier tome à l’âge de seize ans) mais le côté très manichéens m’a déplu : les anges contre le mal, c’est une sorte de cliché grossier abordé sans beaucoup de finesse ; et ne parlons même pas de « l’amour perdu depuis des siècles », ou du deuil. Car Alexanne perd ses parents au début du roman, c’est ce que l’on appelle un événement perturbateur. Or, là ou Anne Robillard aurait aborder le sujet avec finesse et douceur, mettre en exergue la difficulté de perdre ses parents jeunes et le poids d’un destin qui s’impose, bref, faire ressortir la psychologie d’une adolescente tourmentée, non, le passage est éludé, place à la suite …

Pourtant, au vu de la qualité de l’écriture, je ne pense pas qu’Anne Robillard soit une auteure sans talent ; elle est maladroite, elle est peut-être un peu naïve dans sa vision des choses … Pourtant, et malgré tous les défauts de ses œuvres, elle a un large public, varié et dynamique. Ses romans plaisent et c’est tant mieux pour ses lecteurs. 

Laisser un commentaire