06 février 2017 ~ 0 Commentaire

La couleur de la haine – Malorie Blackman

la_couleur_de_la_haine

« Callie Rose n’est ni Nihil, ni Prima. Et dans ce monde où chacun doit appartenir à une catégorie, à une caste, elle se sentira peut-être obligée de choisir son camp. Alors qu’elle appartient aux deux. Alors qu’elle n’appartient à aucun. »

Publication : 2006.
Edition Milan, collection Macadam.
Genre : fiction jeunesse
Thèmes abordés : vengeance, maternité, deuil, racisme

Résumé : Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Noirs et Blancs ne se mélangent pas. Jamais. Pourtant, Callie Rose est née. Enfant de l’amour pour Sephy et Callum, ses parents. Enfant de la honte pour le monde entier. Chacun doit alors choisir son camp et sa couleur.
Mais pour certains, cette couleur prend une teinte dangereuse… celle de la haine.

•••••••••••••••••••••••••••

L’auteure : Malorie Blackman est née en 1962, à Londres. Programmeuse informatique, elle publie son premier ouvrage en 1990 : Not So Stupid, recueil de nouvelles de science-fiction et d’horreur destiné aux adolescents. Depuis, c’est plus de 50 ouvrages, ainsi des scripts pour la télévision, qu’elle a publié ; dont sa célèbre quadralogie ici présente.

•••••••••••••••••••••••••••

Mon avis : Si le premier tome était sombre, alors celui-là l’est encore plus ; mais cette suite est tout aussi époustouflante et intense. Si le racisme de cette société inégalitaire est toujours présent, il est cependant moins mis en avant que dans le premier tome, au profit d’une véritable introspection, que ce soit de Sephy, dans son rôle de mère, ou de Jude, qui se demande ce qu’il peut bien devenir, après la mort de son frère.
Meggie McGregor trouve dans ce roman une place qu’elle n’avait pas dans le premier tome : à la fois pilier et moralisatrice, c’est aussi une femme perdue, qui a souffert et souffre encore. Son histoire et son état d’esprit, celle d’une femme qui se raccroche à Callie Rose, est un écho à la remise en cause de Jasmine Hadley : là où elle n’était qu’une autorité au dessus de Sephy, un personnage caricatural alcoolique, elle devient une femme repentie, un peu amère mais qui cherche en Callie Rose une rédemption.
Intense et sombre, c’est un roman digne de la réussite de Entre chien et loup
La fin est à la fois poétique et tristement atroce … 

Littérairement votre. Chlo Plume.

Laisser un commentaire