01 février 2017 ~ 2 Commentaires

La Quête d’Ewilan T1 : D’un monde à l’autre – Pierre Bottero

Illustration : Jean-Louis Thouard

Illustration : Jean-Louis Thouard

« - Tu n’as pas d’autre idée?
– Non, mais comme a dit le gendre de ma grand-mère en pinçant le nez du requin blanc qui était en train de le bouffer, il vaut mieux une idée bizarre que pas d’idée du tout ! »

Publication originale en 2003.
Édité en 2003 aux Éditions Rageot.
Genre : littérature jeunesse, fantastique
Thèmes abordés : amitié, quête d’identité, sauver le monde, mondes parallèle, famille

Article garanti sans spoiler.

Résumé : La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre par accident dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là, des créatures menaçantes, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme décisive dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité. Épaulée par le maître d’armes de l’empereur et un vieil érudit, Camille parviendra-t-elle à maîtriser son pouvoir ?

•••••••••••••••••••••••••••

L’auteur : né en 1964, Pierre Bottero est décédé en novembre 2009 d’un accident de la route. Instituteur, il se consacra à l’écriture dès 2005, produisant de nombreuses œuvres, principalement de la littérature jeunesse ainsi qu’une collaboration avec Erik L’Homme pour la série A comme Association. Il remporta de nombreuses récompenses comme le Prix des Dévoreurs de livres (Libraire L’Oiseau Lire, Evreux, Eure), et le Prix Handi-livres jeunesse pour Le Garçon qui voulait courir vite en 2004 et 2006 ; ou le Prix Imaginales des collégiens (Epinal), pour Les Âmes croisées en 2011, à titre posthume.

•••••••••••••••••••••••••••

Mon avis : Comme je l’ai dit dans un précédent article, Pierre Bottero est mon auteur favori, bien avant Victor Hugo. Je ne devais pas avoir plus de huit ou neuf ans lorsque j’ai découvert l’univers fantastique de Gwendalavir et c’est cet émerveillement d’enfant qui me rend parfois très indulgente avec les défauts du livre.

Certes, l’histoire d’une adolescente intelligente au fort tempérament qui doit sauver le monde est vu, revue et corrigée.
Par ailleurs, une chose m’agace chez Camille/Ewilan : elle est extrêmement dure, parfois cinglante, notamment avec son ami Salim qui encaisse sans rien dire … Je veux bien croire qu’il l’aime mais il est clair qu’elle ne lui rend pas cette affection ; non je vais nuancer mon dernier propos : elle n’est guère démonstrative, sans pour autant être indifférente.
Toutefois, Camille est une enfant abandonnée, solitaire, qui n’a que peu d’amis et des parents adoptifs qui la considère comme un encombrant cadeau dont on voudrait se débarrasser. Est-ce aussi pour cette raison que Salim et Camille sont aussi attachés l’un à l’autre, malgré tout ? Salim est aussi un enfant abandonné, qui a appris à grandir seul et isolé et s’est raccroché à Camille. Deux enfants dans la tourmente ?
Ce qui est sur, c’est qu’en arrivant à Gwendalavir, les deux jeunes se sont trouvé une famille, unies et solide, une famille qui leur a appris le sens du mot « loyauté ».
La quête pour libérer les Figées (et donc sauver le monde) prend dès lors un aspect secondaire pour certains passages, qui mettent en lumière les rapports, parfois conflictuels ou faussement conflictuel entre les différents personnages, sans que la narration ne manque d’humour.
Les personnages, comme ceux d’Edwin et Ellana, totalement opposés mais irrésistiblement attirés l’un par l’autre, me semblent pleins de promesses, forts et attachants.
Mais mes favoris sont Bjorn et Maître Duom.
Bjorn pour son côté chevalier servant, un peu lourd et vantard mais en même temps plus intelligent qu’il ne veut bien le croire, généreux et loyal jusqu’à la mort. Un homme qui peut, dans ses réflexions, faire preuve de plus de finesse qu’on pourrait s’y attendre, un personnage qui surprend et se révèle charismatique et plein d’humour au fil des livres. 
Maître Duom parce qu’il est le grand-père dont je pourrais rêver : intelligent, cultivé, au caractère bien trempé, amateur d’aventure, empli de charisme. Si Maître Duom vivait dans notre monde, il serait sans doute un grand intellectuel, philosophe ou auteur respectés aux avis tranchés.

En plus des personnages, Pierre Bottero nous offre, mais cela, je l’ai déjà expliqué, un univers riche et complexe. La géographie, l’histoire, les liens avec notre monde pourrait nous faire croire à l’existence bien réelle de Gwendalavir … Et si pour cela, il nous faut goûter la prose poétique du meilleur auteur de littérature jeunesse que j’ai pu lire …

Je conclus donc cet article sur un dernier mot : lisez !

La Quête d’Ewilan 

T1 – D’un monde à l’autre
T2 – Les Frontières de Glace
T3 – L’Île du Destin

Les Mondes d’Ewilan

T1 – La forêt des captifs
T2 – L’oeil d’Otolep
T3 – Les tentacules du mal

Le Pacte des Marchombres

T1 – Ellana
T2 - Ellana, l’envol
T3 - Ellana, la prophétie

2 Réponses à “La Quête d’Ewilan T1 : D’un monde à l’autre – Pierre Bottero”

  1. Celui-ci je l’ai déniché dans la bibliothèque de mon fils, à lire dans le cadre d’un défi.

    Dernière publication sur Des mots et des mailles : Les Roses Noires de Saint-Domingue


Laisser un commentaire