03 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

« Les mots comme les armes partent parfois tout seul. » D. Pennac

Mes talons claquent le pavé, nos sacs s’entrechoquent. Nous sommes deux sur un trottoir de moins d’un mètre de large, autant dire que marcher de front est … compliqué pour ne pas dire impossible. Avec mon amie, nous venons de sortir du lycée et d’un accord tacite, décidons de passer par la petite boulangerie de quartier que nous aimons tant.

   Derrière nous, trois paires de chaussures à talons si semblables. Trois slims surmontés de visage disgracieux. Elles se ressemblent toutes, comme sortie de la même usine. Des pétasses manufacturées à la chaîne, la mode et soi, les people et les soirées. Rien que de très ennuyeux.

   L’une d’elle lance sa voix désagrable dans les airs, son sourire faux mangeant la moitié de son visage. Sa remarque nous parvient aux oreilles alors que nous traversions la voie, changement de trottoir.

- Mais vous allez arrêter de nous suivre ! On en a marre de vous voir !

   Une remarque que j’ignore. Croisées au sein du lycée, ces charmants stéréotypes ont lancé à mon passage un cri s’apparentant plus à l’animalité qu’à ce que l’on pourrait attendre d’une jeune fille relativement bien élevée. Mais pardon, voilà qui est insultant. Pour les animaux, s’entend.

   Mais à cette remarque sinon mesquine, du moins méchante s’en ajoute une autre bien plus personnelles.

- Elle est tellement grosse que son jean lui rent’ dans l’cul.

   Elegant.

   Je ne me sens visée qu’à l’insulte suivante, alors qu’avec mon amie nous montions les quelques deux à trois marches menant à notre boulangerie.

- En plus, elle va à la boulangerie cette grosse bitch !

(Comprendre « s****e » pour ceux qui ne parlent pas anglais.)

   Je dois avouer que j’ai des envies de meurtre à l’écoute de ceci. Envie de courir après ces trois pestes pour les faire taire. Gommer ce sourire suffisant et méprisant qui orne ce visage si laid, laid de sa mesquinerie et de sa stupidité. Elles et toute leur clique de bécasse de basse-cour, des idiotes fades et sans intérêt. Je serre les poings, les dents, me composent un visage de façade. Je n’en pense pas moins.

   Je les hais.

 

Signé Chlo Plume, tous droits réservés.

Laisser un commentaire